L’épuisement professionnel médical : le point sur sa situation en 2018


Vous l'avez peut-être vu récemment sur les réseaux sociaux, la lettre ouverte du Dr. Kris Permentier a fait le buzz. Dans celle-ci, il explique sa frustration par rapport aux clients difficiles et impatients, menant bien souvent les médecins au burn-out (syndrome de l'épuisement professionnel). Vous pouvez retrouver la lettre complète ici.

Les causes de l'épuisement professionnel

Effectivement, selon une étude menée par le SPS et le Pr Didier Truchot, la confrontation à des patients désagréables et excessifs est l’une des quatre grandes catégories de stresseurs en lien avec l’épuisement professionnel. Les trois autres catégories sont les suivantes :

  • la surcharge de travail
    • interruptions constantes
    • sollicitations incessantes
    • temps de pause trop courts
    • le temps perdu avec la paperasse administrative surabondante
  • le sentiment de frustration
    • difficile de participer à des formations et d’acquérir de nouvelles compétences à cause du temps de travail important
    • culpabilisation lors de la prise de congés
  • et enfin, le travail impossible à faire correctement
    • charge de travail trop conséquente
    • manque de temps pour le soutien psychologique des patients

Pour des informations complètes concernant le burn-out (ses causes, ses conséquences etc.) n’hésitez pas à consulter notre e-book en cliquant ici.

Des chiffres interpellants

A propos de l'épuisement professionnel, il faut savoir qu’aujourd’hui 42% de médecins sont touchés par ce phénomène. En effet, une nouvelle étude menée par Medscape a interrogé pas loin de 15.000 médecins issus de 29 spécialités différentes. Ceux qui s’avèrent être les plus heureux au travail sont les ophtalmologues, les orthopédistes, les chirurgiens plastiques et les pathologistes. Au contraire, ceux souffrant le plus de burn-out sont les spécialistes en soins intensifs (48%), les neurologues (48%) et les médecins généralistes (47%). Parmi un grand nombre de spécialistes, 40% se disent aussi en burn-out. Ensuite viennent les oncologues (39%), les orthopédistes (34%), les ophtalmologistes (33%), les pathologistes (32%) et les dermatologues (32%).

Chez les cardiologues, acteurs médicaux également très touchés par l’épuisement professionnel, il semblerait que cet épuisement trouve principalement sa cause dans l'augmentation du temps de travail. Cette situation serait similaire chez les neurologues qui travaillent en moyenne 55 heures par semaine, contre une moyenne de 50 heures par semaine pour tous les autres médecins. Les tâches administratives ont elles aussi, sans surprise, leur part de culpabilité en étant une importante source d’insatisfaction pour les médecins. Pour en savoir plus sur des techniques de gestion de la paperasse administrative, cliquez ici.

Conséquences de l'épuisement professionnel

Il découle de cet épuisement professionnel chez les médecins un impact organisationnel qui peut consister en une productivité plus faible, un turnover du personnel, une diminution de la qualité des soins et des poursuites pour faute professionnelle. En outre, sur le plan personnel, l'épuisement professionnel peut mener à des relations brisées, à l'alcoolisme et au suicide.

Des solutions efficaces

 

L’épuisement professionnel est donc un problème majeur, surtout dans le monde médical.

Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions pour parer à ce problème devenu mondial. Par exemple, la Mayo Clinic, association active dans les soins médicaux, la recherche et l’éducation, propose une solution orientée sur 2 niveaux : individuel et organisationnel. Cette solution s’est montrée efficace pour réaliser des réductions cliniquement significatives du taux d’épuisement professionnel des médecins.

  • Du point de vue individuel, la stratégie se concentre sur des séances composées de petits groupes de médecins dans lesquelles l’on apprend à porter de l’attention au stress et à le gérer. Ces formations sont complétées par des discussions de groupe mensuelles où l’on peut échanger ses expériences en toute confidentialité.
  • Au niveau organisationnel, il est proposé aux hôpitaux et aux cliniques de réduire la durée de leur service et de changer leurs protocoles de soins.

Les bienfaits de cette stratégie sont évidents :

  • Réduction du burnout global de 54% à 44%
  • Réduction de l’épuisement émotionnel de 38% à 24%

Ces solutions représentent un bon début dans le processus de gestion de l’épuisement professionnel. Cependant avecl’avancée de l’informatique et des technologies innovantes, nous nous serions attendus à plus de progrès sur la question. C’est pourquoi, Sylho s’est penché sur la question et propose un outil innovant : Surgery Manager. Ce logiciel médical permet de faire gagner 3 heures par jour sur la gestion de dossiers patients. Pour retrouver toutes les informations à ce sujet, rendez-vous ici  ou contactez-nous au +32 (0)2 588 55 88 ou via notre formulaire.